Retour du Vietnam – Les nems de Yen

Ceux qui me suivent sur Facebook savent que je viens de rentrer d’un petit périple au Vietnam où j’ai passé les fêtes avec des amis… Le Vietnam, que j’ai découvert il y a 20 ans, est un des pays les plus chers à mon cœur et sa cuisine est pour moi l’une des meilleures au monde.
Dans une maison où j’ai logé près de Hoi An, dans le centre du pays, un couple nous faisait une merveilleuse cuisine et avait le soin de prévoir, pour moi, à chaque repas, de délicieux plats végétariens. Le premier soir j’ai dégusté des nems, cha gio en viêt, incroyablement bons. Ce n’était pas les simples « veg spring rolls » que l’on trouve partout, farcis de légumes et bons au demeurant, c’était moelleux, parfumé et très croustillant.
J’ai demandé à la jeune femme, Yen, si elle voulait bien me donner sa recette. Elle a fait mieux en débarquant, ni une ni deux, le lendemain avec tous les ingrédients pour faire les nems ensemble.

 

Elle utilisait une galette de riz que je ne connaissais pas, le banh trang re : au lieu d’être pleine, c’est une sorte de filet de vermicelles très fins qui deviennent très croustillants à la cuisson. La farce est composée de tofu, de patate douce à la chair blanche comme on la trouve là bas. Elle contient beaucoup d’amidon et confère aux nems un moelleux incroyable. Plus classiquement, elle ajoute dans sa farce des champignons parfumés réhydratés ainsi que des carottes mais aussi, petite touche qui donne un parfum incroyable, de la ciboule et de l’échalote revenues à la poêle. Une bonne touche de poivre, et voilà pour les secrets.

04012018-IMG_0132

Une fois à Saigon, j’ai fait un tour au marché et acheté les fameuses galettes de riz (5 paquets !), de la patate douce, des échalotes petites et roses comme on les trouve là-bas. De retour, lorsque j’ai décidé de faire mes nems, je n’ai plus eu qu’à faire une virée au quartier asiatique de Belleville pour acheter le tofu à la texture idéale, ni mou ni ferme, les champignons noirs secs (« oreilles de Judas », à ne pas confondre avec les shiitake) et la ciboule !
Si n’avez pas de patate douce blanche, une de couleur orange fera l’affaire, tout comme une pomme de terre classique. Vous pouvez aussi utiliser, si vous en  trouvez en magasins asiatiques du taro, une racine féculente dont les qualités sont comparables à celles d’une pomme de terre farineuse.
Je vous donne ma base de recette de sauce à nems végétale à varier selon vos goûts, mais Yen les servait avec de la mayonnaise et du piment Sriracha… un délice ! Bien entendu, même avec une galette de riz « classique » cette farce est délicieuse et donnera un excellent résultat ! 
On part en voyage et je vous raconte ?

12012018-IMG_0746

Les nems de Yen (Chả Giò Chay)

Ingrédients, pour une quinzaine de noms
(Vous pouvez en faire une grande quantité, les précuire et les congeler pour en avoir de temps en temps… c’est ce que je faisais autrefois.).

  • 200 g de tofu « asiatique » à la consistance d’un flanc bien pris.
  • 1 belle carotte
  • 1 patate douce ou une racine de taro de taille moyenne
  • 4 ou 5 champignons noirs séchés (en magasins asiatiques ou bio)
  • 2 beaux pieds de ciboule
  • 3 belles petites échalotes (ou une plus grosse)
  • 1 œuf et 1 c à soupe de fécule de maïs ou de pomme de terre (triplez la fécule et ajoutez 2 c à soupe de d’eau si vous n’utilisez pas d’œuf)
  • Sel et poivre
  • Huile neutre pour friture

La sauce  à nems (pour 6 coupelles) :

  • 10 c  à soupe de d’eau de saumure de récupération d’un bocal de fermentation (sinon 10 c à soupe d’eau salée d’1/2 c à café de sel
  •  4 c  à soupe de sauce de soja claire
  • 1 piment rouge oiseau haché
  • 1 gousse d’ail hachée finement
  • 2 cm de carotte, râpée
  • 4 c  à soupe de jus de citron
  • 1 à 2 c  à soupe de sirop d’érable

12012018-DSC_0274

Préparation 

Rincez rapidement les champignons sous le robinet, puis placez-les dans un bol et couvrez-les d’eau chaude pour les faire gonfler.

12012018-IMG_0725

Pelez la patate douce et hachez-la finement. Vous pouvez aussi la râper. Sinon, taillez la chair en julienne puis retaillez en petits dés.

 

 

Procédez de même pour la carotte.

12012018-IMG_0726

Hachez enfin les champignons réhydratés et séchés.

 

 

Placez les trois ingrédients hachés dans un saladier.

12012018-DSC_0276

Sortez le tofu de son emballage puis épongez-le dans un papier absorbant. Vous pouvez le laisser égoutter quelques minutes sur le papier.

Ecrasez-le ensuite à la main et ajoutez-le aux légumes.

12012018-IMG_0734

Emincez l’échalote et la ciboule puis faites-les revenir dans un peu d’huile neutre, sans coloration.

12012018-IMG_0737

Versez la ciboule et l’échalote avec son huile de cuisson dans le saladier. Ajoutez l’œuf et la fécule. Salez et poivrez.

12012018-IMG_0738

Mélangez soigneusement tous les ingrédients en une belle farce bien homogène. Vous pouvez stocker votre farce au frais jusqu’au moment de faire les nems.

 

 

Placez un torchon humide sur votre plan de travail et disposez une galette dessus. Si elle est trop rigide, vous pouvez l’humidifier du bout des doigts avec un peu d’eau. Je ne m’étais pas vraiment demandé comment ramollir les galettes au Vietnam tant l’air était humide… elles étaient bien souples !

12012018-DSC_0285

Placez l’équivalent d’une cuillère à soupe de farce dans le tiers inférieur de la galette, au centre.

12012018-DSC_0288

Commencez par rouler la galette un tour sur la farce. Ensuite, rabattez les côtés par-dessus, puis roulez jusqu’au bout en serrant bien. Il y a de nombreuses vidéos sur Internet si vous voulez voir le geste.

 

 

Procédez de la même façon jusqu’à épuisement de la farce. Disposez les nems sur une assiette et faites cuire sans tarder car la galette s’humidifierait trop.

 

 

Faites chauffer 2 cm d’huile environ dans une petite poêle. Pour vérifier si elle est à bonne température, placez la pointe d’une baguette en bois dans l’huile : si des petites bulles se forment, c’est que l’huile est assez chaude.

12012018-IMG_0742

Faites cuire les nems par deux ou trois pour ne pas refroidir l’huile. Faites-les cuire quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient bien dorés des deux côtés.

Placez les nems cuits, au fur et à mesure, sur un papier absorbant.

12012018-IMG_0743

Vous pouvez servir les nems immédiatement ou les faire un peu d’avance et les réchauffer au four ou à la poêle au moment de les déguster.

Préparez la sauce : mélangez tous les ingrédients et répartissez dans des coupelles.

 

 

Servez les nems bien chauds, avec de la salade et éventuellement des herbes aromatiques (menthe, coriandre…).

12012018-IMG_0745

Bon appétit !

02012018-IMG_0080

Les nems de Yen a Hoi An (un plus réguliers que les miens…)

Si cette recette vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à cliquer sur le bouton « j’aime » et abonnez-vous pour recevoir les prochaines recettes… Ici et sur Facebook.  Suivez aussi Lutsubo sur Instagram.

nems, cuisine végétarienne, cuisine vietnamiennecuisine vegane, patate douce, Vietnamcuisine vegane, nems, cuisine vietnamienne

20 réponses à “Retour du Vietnam – Les nems de Yen

  1. « Re »bienvenu parmi nous Alexandre ! Recette appétissante, pensez vous que l’on puisse trouver dans les magasins asiatiques ce genre de galettes de riz « ‘façon vermicelles » ? Bon je pense que vous nous avez ramené d’autres bonnes idées recettes, que vous allez nous concocter !
    Bonne journée Alexandre. Bisous.

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Patricia ! Je n’ai pas encore été voir si on vend ces galettes (banh trang re) dans les magasins asiatiques à Paris, mais j’espère que oui… Sinon, cette farce sera également délicieuse dans des feuille de riz classique.
      Je vous tiens au courant… et oui, j’ai quelques recettes en prévisions. Bises

      J'aime

  2. Bonjour,
    tout d’abord, je suis surprise, car je vous suis sur FB mais n’ai pas vu les photos de votre périple ; c’est bizarre, je vais aller vérifier cela directement après ce message 😮
    Sinon, j’ai justement acheté des galettes de riz classiques l’autre jour pour une fois tester des « rouleaux de printemps », ce qui est un peu la même chose que les nems, non ? Je devrais plutôt écrire « retester », car lorsque ma mère en cuisinait lorsque j’étais plus jeune, je détestais cela : trop, fade, « bizarre » et j’en passe 😜 Mais je disais pareil du tofu que j’adore maintenant et cuisine régulièrement. Il faut dire qu’il y a 20-25 ans, ici, la cuisine asiatique était encore une rareté/découverte (j’habite le Jura Suisse) – mais ma mère, elle, était à la pointe 😉
    Cela dit, j’avais plutôt en tête une version crue car le côté friture ne me plaît pas trop. Toutefois, vos photos sont si appétissantes que je veux bien tenter. Je n’ai que de l’huile d’olive ; ça ira ?
    Bonne semaine !
    PS : pour l’anecdote, je suis une grande fan de mots croisés, fléchés, etc., et « nem » est un grand classique ; ravie d’en voir ! 😉

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour, les rouleaux de printemps sont en effet crus et les nems frits. C’est souvent la même galette de riz mais dans les rouleaux on met des ingrédients frais. Il ne faut pas lésiner sur les herbes aromatiques et il faut un bonne sauce pour les tremper.
      Je n’aime pas non plus la friture, mais les nems sont quand même quelque chose de délicieux… 🙂 L’huile d’olive n’est pas très habituelle chez nous pour la friture mais je pense que cela conviendra. Surtout pour les faire dorer à la poêle.
      Tenez-moi au courant de vos essais et allez voir le voyage sur Facebook, j’ai posté plein de photos ! Bonne journée.

      J'aime

  3. Pingback: Canh bí đỏ – Soupe de potiron vietnamienne | Lutsubo·

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s