Le Japon dans ma cuisine – Riz au gingko (Ginnan gohan)

Je mourais d’envie de cuisiner les graines de gingko que j’ai ramassées au Jardin d’Acclimatation le weekend dernier -le récit est ici et comme j’en ai peu, je voulais la recette parfaite !
Au Japon, en automne, on cuisine parfois le gingko grillé, en snack, mais je n’en avais pas assez pour ça. On peut aussi mettre une ou deux graines dans les flans aux œufs appelés chawanmushi, c’est prévu, j’en ai gardé quelques-unes…
Et puis on peut aussi, tout simplement, en agrémenter un bon riz.

 

Ginnan (gingko) gohan (riz) est le plat d’automne par excellence, réconfortant et nourrissant. Le goût subtil des graines, l’assaisonnement léger du riz avec du kombu, une pointe de sel et du sake et puis l’adjonction d’un peu de riz gluant qui donne une consistance encore plus moelleuse au riz, rendent ce plat incroyablement raffiné et délicieux. Je n’exagère pas, je ne pouvais plus m’arrêter, comme face à du pain chaud ou à une brioche fondante : une vraie gourmandise. 
Si vous n’avez pas de graines de gingko, ce qui est très probable -à moins que vous n’habitiez près d’un arbre, femelle qui plus est, ou bien que vous arriviez à mettre la main sur un paquet sous-vide importé du Japon ou… que vous soyez au Japon- ce riz peut se faire avec d’autres légumes, des champignons ou, très courant au Japon et délicieux, des châtaignes. D’ailleurs, pour la couleur et parce qu’elles sont très parfumées en ce moment, j’ai ajouté un peu de carotte.
Pour ce qui est du riz, il faut impérativement du riz de type japonica pour rendre justice à la recette. On en trouve facilement, souvent sous le nom réducteur de riz à sushi… Le riz gluant, en revanche, est facultatif. Ne vous privez pas de tester la recette si vous n’en avez pas sous la main !
L’utilisation d’un cuiseur de riz est idéale pour cette recette, mais on peut aussi la faire à la casserole. 
Je vous raconte ? 

DSC_0637_LowRes

Ginnan gohan / Riz au gingko (ぎんなん ごはん)

Ingrédients pour 2 personnes

  • 2 mesures de riz japonais
  • 2 mesures d’eau + 2 c à soupe
  • 1 c à soupe bombée de riz gluant
  • 1/2 c à café de sel
  • 1 c à soupe de sake de cuisine
  • 5 ou 6 graines de gingko décortiquées
  • 4 cm de carotte
  • 1 carré d’algue kombu de 4 cm de côté (en magasins asiatiques ou bio)
  • Quelques feuilles de persil pour la touche finale (facultatif)

Préparation

Il faut d’abord s’occuper du riz. Lavez soigneusement les deux riz à l’eau claire en les polissant entre vos mains puis rincez-le.
Répétez l’opération au moins 3 fois (la méthode japonaise de lavage du riz est décrite en détail ici). Egouttez-le et laissez reposer 30 minutes.

IMG_8639_LowRes-2

Versez ensuite l’eau et laissez tremper le riz au moins 15 minutes dans le cuiseur de riz ou une petite casserole à couvercle.

Pendant ce temps faites bouillir les graines de gingko dans de l’eau salée pendant 10 minutes. Egouttez et réservez. Vous pouvez couper les plus grosses en deux si vous le souhaitez.

Pelez et nettoyez le morceau de carotte puis taillez-le en bâtonnets assez fins, d’une longueur de 2 à 3 cm.

Tous vos ingrédients sont prêts, le riz est trempé, il n’y a plus qu’à passer à la cuisson.

Versez le sake et le sel dans le cuiseur de riz et remuez un peu avec des baguettes pour bien répartir. Disposez ensuite les bâtonnets de carotte et les graines de ginkgo à la surface du riz. Placez le kombu au centre.

IMG_8654_LowRes

Fermez le couvercle et lancez la cuisson.

A la casserole, disposez les ingrédients de la même façon et couvrez. Portez à ébullition et baissez aussitôt au minimum. Laissez cuire 15 minutes et procédez à la suite de la recette…

Lorsque le cuiseur a terminé le mode cuisson (ou au bout de 15 minutes à la casserole), ouvrez rapidement, retirez le kombu et placez un torchon propre sur lequel vous replacez le couvercle. Laissez reposer ainsi 10 à 15 minutes.

IMG_8660_LowRes-2

Après le temps de repos le riz est cuit à la perfection, moelleux et légèrement collant comme il faut. Remuez doucement avec une cuillère à riz pour répartir les ingrédients.

DSC_0632_LowRes

Servez dans de jolis bols… ça fait partie du plaisir.

DSC_0633_LowRes

Et j’aime bien utiliser deux bols différents, à la japonaise : chacun le sien !

DSC_0639_LowRes

 Si cette recette vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à cliquer sur le bouton « j’aime » et abonnez-vous pour recevoir les prochaines recettes… Ici et sur Facebook.  Suivez aussi Lutsubo sur Instagram.

riz japonais, gingko, cuisine végétarienneriz japonais, cuisine vegane, gingkosans gluten

5 réponses à “Le Japon dans ma cuisine – Riz au gingko (Ginnan gohan)

  1. Bonjour. Alors là, je suis scotchée ! Lors d’une visite ds une plantation de gingko, en automne, les fruits qui jonchaient le sol avaient une odeur..insupportable.. qui contrastaient bien avec la splendeur des feuillages. Je n’ai même pas pu rapporter les quelques, ramassées pour des experiences de germination, tellement ça empestait la voiture ! Parlez-vous de la même chose? Peut-être faut-il les récolter avant maturité? ou n’utiliser que le noyau? Je suis intriguée…

    Aimé par 1 personne

  2. Ah ok. Cest la graine au centre du fruit dont il s’agit, alors.. Quand a les dépiauter dehors…c’est aprés les avoir cueilli sur l’arbre ou les avoir ramassés au sol? Je demande car le gingko planté chez moi il y a 5-6ans s’avère être un spécimen femelle..et que j’aimerais bien trouver une compensation à cette pestilence assurée;;;

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s