La dernière couronne – Pain perdu sans œufs

Pas de grands discours, juste une envie de pain perdu au réveil et pas d’œuf sous la main (puisque je n’en achète plus guère)… L’idée étant de finir une couronne bordelaise, la couronne des rois de mon enfance. A Bordeaux, à l’époque, en effet, on ne connaissait pas la frangipane et on considérait cette version parisienne comme une hérésie !
Cela faisait, de toutes façons, un moment que je voulais tester une recette de pain perdu dans le cadre de mon exploration de desserts végétaux. La couronne, elle, ne l’est pas… mais c’est une autre histoire. Si vous voulez faire un pain perdu 100% végétal, il faudra le faire, classiquement, avec un reste de pain. 
L’idée de ce mélange est d’obtenir un peu d’épaississement quand il cuit et ce côté « collé-gourmand » sur le bord des tranches bien dorées… On l’obtient facilement avec un peu de fécule. Quant au lait, on a l’embarras du choix. Pour cette recette j’ai choisi du lait de riz, à la belle couleur blanche et à la texture très fluide. Il offre aussi une légère note sucrée parfaite pour cette recette. 
Je vous raconte ? 

lowres-1055

Pain perdu sans œufs

Ingrédients pour 2 personnes

  • 4 tranches de pain (ou de brioche ou de couronne…)
  • 1/4 de l de lait de riz
  • 1 pincée de curcuma (facultatif, mais ça donne une couleur familière et jolie)
  • 1 pincée de cannelle et/ou 1 goutte de vanille liquide
  • 1 c à café de farine
  • 2 c à soupe de sucre en poudre (à doser selon votre goût)
  • 1 c à soupe de fécule de pomme de terre (ou de maïs)
  • Fruits de saison pour accompagner
  • Huile d’olive

lowres-1058

Préparation

Mélangez tous les ingrédients de l’appareil de trempage : lait, cannelle, curcuma, vanille, farine, 1 cuillère à soupe de sucre (l’autre servira à la fin) et fécule.

lowres-1050

Fouettez pour éviter la formation de grumeaux.

lowres-1051

Trempez les tranches une à une, en veillant à les imbiber suffisamment. Puis réservez-les sur une assiette.

lowres-1052

Chauffez un peu d’huile dans une poêle anti-adhésive et faites cuire, à feu moyen/fort, les tranches de pain imbibé. Veillez à bien les faire dorer des deux côtés. N’hésitez pas à faire couler un peu de liquide restant dans les alvéoles du pain pour faire de petits coussins sucrés et gourmands…

Retournez délicatement une ou deux fois pendant la cuisson pour bien équilibrer le doré des deux faces.

lowres-1054

Servez sans attendre avec des fruits de saison et saupoudré du reste de sucre en poudre.

lowres-1056

Bon appétit !

lowres-1057

Ici, avec un thé vert, des poires et un jus d’oranges sanguines…

Si cette recette vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à cliquer sur le bouton « j’aime » et abonnez-vous pour recevoir les prochaines recettes… Ici et sur Facebook.  Suivez aussi Lutsubo sur Instagram.

4 réponses à “La dernière couronne – Pain perdu sans œufs

  1. Bonjour.
    Bravo pour votre recette de pain perdu sans oeufs !
    Je garde cette recette locale et paysanne à la fois de ma grand-mère maternelle, c’est peu dire. Car, je suis originaire de la campagne et vraie ruralité, et d’un tout petit village de seulement..80 habitants..situé en Moselle..La lorraine..
    Personnellement, tout comme ma grand-mère et ma maman, je procède comme suit:
    je coupe de très bonnes tranches (ni trop fines, ni trop grosses ou épaisses..) dans un pain campagnard (ma grand-mère, qui avait un vrai four à cuisson dans un mur, faisait du pain pour le village et les villages alentours jusque peu après la seconde guerre mondiale, puis, plus que pour le village..et ensuite, plus que pour nous et notre consommation personnelle..), disons d’un bon cm..[trop fines, elles se déchirent, et dans la poêle ça part en panade..]
    Puis, je prépare, dans un grand bol, les jaunes d’oeufs (4 à 5, en fonction..).
    Je suis généreux, car, je prévois toujours deux tranches par personne..rien que ça..
    Je prends, ensuite, deux grandes assiettes creuses.
    Dans la première, je verse du lait sur une bonne hauteur, puis, j’y ajoute les jaunes d’oeufs mélangés, contenus dans le bol. Je touille, avec une grande fourchette le tout.
    Je prépare ma poêle (grande poêle..), sur la plaque de feux à gaz.
    [dans notre cuisine intégrée, nous avons toujours, depuis le début, une plaque trois feux gaz et une seulement électrique..]
    Je mets de gros dés de beurre à l’intérieur de la poêle, pour les faire fondre doucement.
    (ne pas les faire roussir ou brunir comme pour le caramel..)
    A part, je mets du sucre en poudre dans ma deuxième grande assiette à soupe creuse, et que je viens placer près du feu et de la plaque, du côté droit (sortie de la poêle..).
    Je trempe mes tranches de pains, une à une dans le mélange de lait et de jaunes d’oeufs, côté recto et verso, puis, les place, une à une ainsi, directement dans la poêle, pour les faire saisir, d’un côté, puis de l’autre, en les retournant, tout en faisant bien attention, de ne pas les brûler, mais bien de les saisir, juste ce qu’il faut, de chaque côté.
    A la sortie de chacune des tranches de pain, je les place dans le sucre de l’assiette placée juste à côté, à portée de main, et de chaque côté, pour le sucre, sans excès..légèrement sur toute la surface des deux faces.
    Je place ensuite mes tranches de pain sur un plat, pour pouvoir servir tout le monde, à tour de rôle, ou sinon, pour permettre à chacun de se servir lui-même.
    On peut accompagner ces tranches de pain perdu avec, soit, des quetches en bocaux, ou encore des morceaux de poires pelées (quartier..), ou mieux, pour les plus gourmands, accompagnées d’une à deux boules de glace vanille (mais pas des îles, car trop prononcé à mon goût..).. Voilà, le tour est joué, si je puis dire..
    Nous faisons du pain perdu, durant l’hiver (de fin octobre à fin avril..), le soir.
    Ils nous arrive, de ne manger que ce pain perdu, accompagné d’un café, et pour le soir, cela suffit. (mon épouse fait également des gaufres rectangulaires, et à l’aide du gaufrier, bien que nous ayons encore les anciens moules pour placer sur le dessus du fourneau comme dans le temps, en dessert, pour le soir, ou encore, en accompagnement d’une soupe..ces gaufres sont sucrées, ou accompagnées de miel fait maison ou de confitures faites maison..)
    Il y en a qui utilise de la brioche, découpée en tranches, mais, pour ma part, cela fait trop riche, et je m’en tiens à l’ancienne formule et bonne recette héritée de ma grand-mère et de ma maman, à la suite..
    Bonne soirée à vous et sinon fin de soirée, un très bon weekend, respectueusement..Denis.

    Aimé par 1 personne

  2. J’adore le pain perdu et je retiens cette recette même si je pourrais utiliser des œufs . En revanche je préfère la consistance du pain perdu fait avec un bon pain rassis , c’est ce que j’ai connu dans mon enfance. Merci de raviver ses souvenirs . Et j’ai beaucoup apprécié le témoignage de Denis que je remercie aussi.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Alexandre Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s