Provence et Japon dans un bol – Aïgo boulido et udon (soupe d’ail et de sauge)

La sauge est une plante aromatique que l’on trouve une grande partie de l’année, du printemps jusqu’à fin novembre. Outre de nombreuses vertus médicinales, elle a des qualités gustatives certaines et j’aime beaucoup son parfum. Elle se consomme aussi sèche lorsqu’elle n’est plus disponible fraîche.
J’en avais acheté une petite botte chez mon primeur et après en avoir mis quelques feuilles ici ou là, il m’en restait encore pas mal. J’ai donc cherché quelques idées et c’est là que j’ai découvert cette soupe provençale : l’aïgo boulido (ou aïga bolida), ce qui veut dire, en occitan je crois, « eau bouillie ».
C’est une soupe très simple, à base d’ail, de sauge et parfois de thym. On la verse sur du pain rassis (qu’on peut frotter à l’ail) et on la déguste bien chaude, en ajoutant parfois un peu d’huile d’olive.
lowres-8063
Quand j’ai trouvé cette recette, j’ai tout de suite été séduit par l’idée de cuire de l’ail et de la sauge pour en faire une sorte d’eau parfumée. Cela m’a fait penser à la « pepper water » que l’on sert en Inde avec le repas pour ses vertus digestives. L’aïgo boulido, après avoir fait partie des menus de fêtes provençales, est en effet une soupe légère de diète qui cumule les vertus de l’ail et de la sauge. Une autre tradition considère que cette soupe avait autrefois une raison d’être économique et médicinale pour les voyageurs désargentés, sur les routes parfois arides de Provence.
Pour l’élément solide, je n’avais pas de pain de campagne, et j’avais envie de pâtes – j’avais vu qu’on pouvait aussi faire une variante avec des pâtes-. N’ayant pas de vermicelles, j’ai tout de suite pensé aux udon, ces délicieuses « nouilles » japonaises au blé tendre… Le résultat était délicieux et ça m’a beaucoup amusé.
Libre à vous, bien sûr, de faire cette soupe et de la déguster avec du pain. Pour ma part, comme j’étais parti sur une note fusion, j’ai même mis quelques gouttes de sauce de soja dans ma soupe ! 
Je vous raconte ?

lowres-8062

Aïgo boulido et udon (soupe d’ail et de sauge)

Ingrédients por 2 personnes

  • 4 gousses d’ail (environ, selon la taille)
  • Quelques feuilles de sauge fraîche
  • 120 g de udon (ou deux tranches de pain rassis frotté à l’ail)
  • Sel (ou sauce de soja)
  • Poivre
  • Huile d’olive (facultatif)

lowres-8053

Préparation

Chauffez 75cl d’eau environ et ajoutez l’ail pelé et coupé en deux. Salez légèrement et laissez cuire à petits bouillons 5 à 7 minutes. Ajoutez les feuilles de sauge, laissez cuire encore quelques minutes et coupez le feu.

Pendant ce temps, faites cuire les udon dans une casserole d’eau bouillante salée. Egouttez-les quand ils sont tendres et passez-les sous l’eau froide. Réservez.

lowres-8055

Laissez la sauge infuser dans le bouillon. Pendant ce temps, pilez l’ail au mortier.

lowres-8056

Placez les udon et l’ail dans la casserole et faites réchauffer quelques minutes.

lowres-8058

Servez bien chaud avec ou sans les feuilles. Elles ne se mangent pas mais c’est joli !

lowres-8061

Bon appétit !

Si cette recette vous a plu, n’hésitez pas à laisser un commentaire, à cliquer sur le bouton « j’aime » et abonnez-vous pour recevoir les prochaines recettes… Ici et sur Facebook.  Suivez aussi Lutsubo sur Instagram

6 réponses à “Provence et Japon dans un bol – Aïgo boulido et udon (soupe d’ail et de sauge)

  1. Souvenir, souvenir
    Dans le « Midi », ma tante Claude les lendemains des fêtes de fin d’année nous préparait le soir un Aïgue Bouillide. Enfants, nous tordions le nez devant cette eau claire si parfumée. Nos estomacs eux appréciaient.
    Merci Lutsubo de me donner envie de retrouver ce goût si simple et singulier.

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour, pour précision sur les conditions de culture de la sauge, c’est une aromatique vivace, disponible donc en frais au jardin (ou pot sur balcon) toute l’année, résistante au gel jusqu’à -15°C; Elle est jolie et ne connait (à ma connaissance) aucune maladie ni parasite. Ses vertus médicinales sont…trés nombreuses( sauge, salvia, salvare, sauver), et connues depuis l’antiquité. A l’instar du romarin, c’est un auxiliaire de cuisine précieux et fiable. Merci Alexandre pour vos recettes riches de simplicité !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s